Suivez-nous :

Mardis de l’AIGx - archive

Vous êtes ici : AccueilMardis de l'AIGx - archive

Octobre 2016

Christine Farcy

Les représentations sociales de la forêt. Paradoxes et défis

 

Juin 2016

Gaëtan RICHARD

L'alimentation du futur vue par le Smart Gastronomy Lab

 

Mai 2016

Cécile Heneffe

Biométhanisation, un processus aux multiples visages

Mars 2016

Quentin Ducenne

Investir dans les actifs forestiers et agroforestiers en Lettonie. Alternative à des comptes d'épargnes sclérosés ?

Février 2016

Emmanuel Vanzeveren

Homo sapiens fait ses courses

 

Novembre 2015

Pierre MATHY

 

La Biodiversité, concept intégrateur et fondateur

 

Octobre 2015

Patrick DENIS & Patrick FAUTRE

Démystifier le monde du recrutement : Le comprendre et comment l'aborder

Septembre 2015

Francis Flahaux

Plan Bois Energie & Développement Rural

Mai 2015

Cédric VERMEULEN

 

La gestion participative : vernis à la mode ou vrai outil de l'ingénieur ?

 

Avril 2015

Laurence LAMBERT

Circuits courts : clés de lecture pour de nouveaux modèles économiques

Mars 2015

Eric LARDINOIS

L'organisation iconoclaste au service de l'innovation globale !

[texte extrait du site EasyNove (http://www.easynove.be), réseau des membres de l'intermédiation scientifique et technologique piloté par l'Agence pour l'Entreprise et l'Innovation)]

DE L’IMPORTANCE DE L’INNOVATION MANAGÉRIALE

Professeur invité à la Harvard Business School, Gary Hamel distingue quatre types d’innovations :

Figure 1 : Pyramide des innovations (Gary Hamel)

Alors que la plupart des entreprises se focalisent sur l’innovation de procédés et sur l’innovation de produits / services (les classements des entreprises innovantes étant d’ailleurs eux-mêmes basés sur le nombre de brevets déposés), Gary Hamel plaide pour que l’innovation soit envisagée de façon globale et qu’elle imprègne toutes les strates de l’organisation : les procédés, les produits/services, les modèles économiques, le management et ses pratiques. Il insiste en outre sur l’urgence de l’innovation managériale, qu’il considère comme celle qui permet la meilleure création de valeur et la différenciation la plus décisive et la plus durable.

L’approche préconisée consiste à favoriser l’émergence des idées et leur circulation, à libérer le potentiel créatif, ce qui ne peut survenir sans comprendre l’humain (son fonctionnement, ses motivations, sa créativité) et le valoriser.

DE LA CRÉATIVITÉ INDIVIDUELLE À L’INNOVATION D’ORGANISATION

Dans son article « A Model of Creativity and Innovation in Organizations », Teresa Amabile, professeur à la Harvard Business School, met en lumière trois composantes nécessaires à la créativité individuelle, quel que soit le secteur. Ce modèle constitue aujourd’hui encore le principal cadre conceptuel de la recherche sur la créativité.

Figure 2 : Les trois composantes de la créativité individuelle (Teresa M. Amabile)

Teresa Amabile considère le facteur de la motivation intrinsèque comme le plus important des trois : aucune expertise du domaine, aucun degré de compétences créatives ne peuvent compenser un manque de motivation à réaliser une activité avec succès. L’enthousiasme, en revanche, donne de la vélocité à l’esprit humain et aux équipes de travail, facilite la responsabilisation et peut, dans une certaine mesure, compenser un déficit de connaissance dans le domaine et d’aptitudes créatives.

La motivation intrinsèque est également le facteur le plus dépendant de l’organisation et celui qui peut être le plus directement influencé par l’environnement de travail. Il s’agit donc du levier le plus efficace pour stimuler l’innovation dans une organisation.

QUELQUES PRINCIPES CLÉS

Une vision commune et des valeurs partagées : la vision du rôle de l’organisation, ses missions et l’approche choisie pour favoriser leur accomplissement sont communiqués avec transparence à tous les collaborateurs pour les inviter à s’impliquer dans le modèle proposé. L’ancrage de l’organisation sur quelques valeurs clés est également fondamental. Quelles qu’elles soient (partage, confiance, beauté, etc.), les valeurs tendent à améliorer la condition humaine ; l’attachement à des idéaux permet à l’entreprise de recréer des fondements éthiques et aux collaborateurs de donner du sens à leurs missions. « Le succès durable, tant personnel que collectif, naît de l’allégeance au sublime et au majestueux » (Gary Hamel).
L'innovation dans le quotidien de chaque collaborateur : tous les membres de l’organisation (et pas seulement les fonctions R&D) sont concernés par la recherche de nouvelles idées. Non seulement parce que chaque collaborateur (quel que soit son statut ou son métier) peut avoir de bonnes idées, mais aussi parce que cette ouverture suscite un processus d’itération salutaire (une idée rebondit sur une autre qui en amène une troisième).
Un climat de confiance favorisant l’audace et la collaboration : la valorisation de l’erreur encourage l’esprit d’initiative et insuffle une culture de l’amélioration continue ; la confiance est indispensable pour créer du lien, mobiliser l’intelligence collective et favoriser des collaborations saines.
L’éviction du formalisme en faveur d’une flexibilité dans la manière d’accomplir les missions (nomadisme, télétravail) ; la valorisation du bon sens (focus sur les activités créatrices de valeurs), de la simplicité (réduction des procédures), de la débrouillardise (faire plus avec moins).

ET DANS LA PRATIQUE ?

La mise en œuvre réussie de l’innovation managériale repose moins sur la greffe de concepts pensés à Harvard que sur des pratiques concrètes qui se traduisent collectivement au sein des entreprises pour prendre à bras le corps les défis face auxquels les anciens modèles proposent des réponses non satisfaisantes voire contre-productives.

Voici quelques exemples concrets de pratiques managériales innovantes identifiées par Francis Boyer (consultant en innovation managériale) :

Pour faire face à une situation financière alarmante, Poult (biscuiterie, France) a connu une révolution managériale à partir de 2006. Plusieurs niveaux hiérarchiques ont été supprimés, le reporting a été simplifié, les employés ont été invités à prendre des décisions concernant les salaires, les investissements et l’organisation du travail. Les salariés ont ainsi par exemple choisi de s’affranchir de certaines missions de support pour se recentrer sur la création de nouvelles valeurs.
Constatant un nombre croissant de critiques de ses produits sur internet, la direction de Dell (logiciels, Etats-Unis) a mis en place une plateforme (IdeaStorm) incitant les internautes à poster leurs commentaires sur ses produits et à suggérer de nouvelles idées. Cette initiative a permis à l’entreprise de comprendre les causes d’insatisfaction mais aussi de renouer les liens avec ses clients, de retenir certaines des idées proposées et de trouver des solutions.
Intuit (logiciels de gestion, Etats-Unis) a mis en place une « fête de la défaite » qui consiste à passer les échecs en revue, à en tirer les enseignements utiles et à tourner la page collectivement.
S’ils le souhaitent, les collaborateurs de la société Semco (métallurgie, Brésil) sont autorisés à venir travailler quand ils veulent et à fixer le niveau de leur salaire. En échange, ils sont invités à prendre un engagement sur un objectif et à l’atteindre. Ceux qui ne parviennent pas à respecter l’engagement pris doivent rendre des comptes à l’ensemble de l’entreprise (pas seulement à la direction).

De plus en plus d’entreprises adoptent ainsi, de manière progressive, un management innovant. Tous les secteurs sont concernés : depuis l’agriculture (MorningStar, transformation de tomates, États-Unis) jusqu’à l'informatique (ValVe, États-Unis) en passant par les services de nettoyage (SOL, Finlande).

Pour aller plus loin…

Albert Eric, Partager le pouvoir, c’est possible. Réinventez l’entreprise ? Albin Michel, Paris, 2014

Amabile Teresa M., "A Model of Creativity and Innovation in Organizations." In Research in Organizational Behavior. Vol. 22, edited by B. Staw and R. Sutton. Elsevier Science, 2000.

Amabile, Teresa M., "How to Kill Creativity." Harvard Business Review 76, no. 5 (September–October 1998): 76–87. 

Bélanger Michel, L’innovation radicale. Aux frontières de l ‘organisation-In du 21ème siècle. Editions Sur un pied d’alerte, Laval, Québec, 2011

Boyer Francis, "Les pratiques managériales les plus innovantes du monde", le Journal du Net Management, octobre 2014 

Brown Tim, L’esprit design. Pearson, Orléans, 2010

Dorel Marc, Le management libéré. Ed Hélène Jacob, Toulouse, 2014

Edery Anna et de Soussa Manuel, Souriez vous managez. Chroniques de l’entreprise humaniste. Editions du Souffle d’or, Gap, 2012

Fried Jason et Heinemeir Hansson David, Re Work. Réussir autrement. Maxima, Paris, 2013

Getz Isaac et Carney Brian M, Liberté & Cie. Quand la liberté des salariés fait le bonheur des entreprises. Fayard, Paris, 2012, trad.

Hamel Gary, La fin du management. Inventer les règles de demain, Vuibert, Paris, 2008, Trad.

Hamel Gary, Ce qui compte vraiment. Les 5 défis pour l’entreprise. Eyrolles, Paris, 2012

Hsieh Tony, L’entreprise du bonheur, Leduc. S Editions, Paris, 2011, Trad.

Jochem Jacques, Le mix Organisation. Et si l’entreprise mobilisait enfin l’énergie naturelle de l’autonomie. Editions Eyrolles, Paris, 2014

Kolind Lars, The Second Cycle: Winning the War Against Bureaucracy, Ed. Prentice Hall, 2011

Laloux Frederic, Reinventing Organizations : A guide to Creating Organizations Inspired by the Next Stage of Human Consciousnes Ed. Nelson Parker2014

Morel Martine, La belle histoire de Favi : L'entreprise qui croit que l'Homme est bon, Tome 1 : Nos belles histoires Editions Humanisme et organisations, 2008

Morel Martine, La belle histoire de Favi : L'entreprise qui croit que l'Homme est bon, Tome 2 : Notre management et nos outilsEditions Humanisme et organisations, 2008

Nayar Vineet, Les employés d’abord, les clients ensuite. Ed. Diateino, 2011, Trad.

Ressler Cali et Thompson Jody, Pourquoi le travail nous emmerde et comment faire pour que ça change. Maxima, Paris, 2011

Quelques sites

http://www.mom21.org/
http://www.scoop.it/t/management-innovant-by-nvg
https://imatechnologies.wordpress.com/
http://www.innovationmanageriale.com/

Ressources vidéo

Le bonheur au travail ? (RTBF - 1h28)
Un documentaire très intéressant (exemples concrets et propos nuancé) sur les entreprises/organisations qui replacent  l’humain au centre du projet via des méthodes diverses (lean management, confiance, responsabilité, autonomie etc.)

Janvier 2015

Emmanuel BAETEN

Principes, Pratiques et perspectives de la Blue Economy

Décembre 2014

Philippe THONART

De l'Université à l'Industrie

Septembre 2014

Pierre DAGNELIE

Quelles aides techniques pour les malvoyants ?

Pierre Dagnelie est ingénieur agronome et docteur en sciences agronomiques, diplômé de la Faculté des Sciences agronomiques de Gembloux (actuellement Gembloux Agro-Bio Tech – Belgique). Il a acquis une formation complémentaire en mathématique et en statistique à l'Université libre de Bruxelles.
Professeur émérite de la Faculté de Gembloux, il y a enseigné la statistique théorique et appliquée pendant plus de 35 ans. Il a été professeur visiteur dans de nombreuses universités et institutions d'enseignement supérieur de différents pays européens, africains et américains, et il a effectué des missions scientifiques dans une trentaine de pays.
Pierre Dagnelie est ancien président et Honorary Life Member de la Société internationale de Biométrie (International Biometric Society), membre associé émérite de l'Académie d'Agriculture de France, Honorary Fellow de la Royal Statistical Society de Grande-Bretagne, et membre d'honneur de la Société belge de Statistique et de la Société Adolphe Quetelet (Section belge de la Société internationale de Biométrie).

Juin 2014

Julie MORIN-RIVAT

Quelle histoire pour les forêts d’Afrique centrale ? 

Julie Morin-Rivat est doctorante en Sciences Agronomiques et Ingénierie Biologique (ULg-GxABT). Elle est diplômée en archéologie (Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne) et en paléoécologie (École Pratique des Hautes Études, Paris). Préhistorienne de formation, elle a participé à de nombreuses fouilles depuis 2002 et encadré des équipes d'étudiants et de professionnels de l'archéologie dans les secteurs public et privé. Elle s'est ensuite spécialisée en archéobotanique, en plus précisément en anthracologie (étude des charbons de bois). Elle a ainsi eu l'occasion d'étudier les environnements passés et l'utilisation du bois dans des sites archéologique datés de la préhistoire à l'âge du Bronze (France). Ses recherches actuelles, menées conjointement au Laboratoire de Foresterie des Régions Tropicales et Subtropicales à Gembloux Agro-Bio Tech et au Service de Biologie du Bois du Musée Royal de l'Afrique Centrale à Tervuren, portent sur l'histoire passée des forêts tropicales africaines. Elle étudie notamment le rôle joué par l'homme dans la construction des paysages forestiers au cours des deux derniers millénaires, en particulier au Cameroun et en République du Congo.

Mai 2014

Michel SONCK

La radioactivité dans l'environnement en Belgique

Michel Sonck est ingénieur en Physique Appliquée (VUB) et Docteur en Sciences Appliquées (VUB). Il travaille dans le domaine du nucléaire et de la radioprotection depuis 1993, d'abord comme chercheur et ingénieur d'exploitation d'un accélérateur de particules, puis comme inspecteur dans les installations radiologiques et nucléaires. Actuellement il est responsable à l'Agence de Contrôle Nucléaire (AFCN) du contrôle de la radioactivité dans l'environnement en Belgique. A cette fin, l'AFCN exploite un réseau de télémesure (TELERAD), maintient un programme d'échantillonnage et de mesure, vérifie l'exposition de la population aux rayonnements naturels et donne son support au Centre Gouvernemental de Crise en cas de situation d'urgence nucléaire ou radiologique.

Avril 2014

Philippe BOURDEAU

Rapport homme-nature et éthique de l'environnement

Les rapports homme-nature, souvent ambigus, ont varié au cours du temps et selon les religions et philosophies. Une éthique de l'environnement s'est développée depuis les années 1970 à partir des USA. pour formaliser ces rapports. Ses divers courants vont de l'anthropocentrisme absolu à l'écocentrisme le plus extrême (" écologie profonde "). Une question essentielle porte sur la reconnaissance d'une valeur intrinsèque à la nature (et donc à la biodiversité). Il est possible de définir un code de conduite pragmatique et acceptable à toutes les convictions religieuses et philosophiques, qui devrait servir de base aux politiques de l'environnement. 

Mars 2014

Denis RUYSSCHAERTS, chercheur associé à l'université Toulouse-le-Mirail et à l'Institut des Hautes Etudes de Genève et Directeur de programmes de développement durable

L'extinction des espèces : les ONGs en liquidateur ?

La thèse complète est accessible sur : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00951940

Février 2014

Michel ERPICUM

Évolutions multiples et intérêts nouveaux depuis 1970 en matière de climatologie.

Janvier 2014

Pierre BOIS D'ENGHIEN

Aspects environnementaux des plantations de palmier à huile - la réalité du terrain

Novembre 2013

Philippe LEJEUNE

Les drones comme outil de suivi environnemental

Juin 2013

Olivier GUELTON

Produit phytopharmaceutique, de la substance active au produit formulé : évaluation et révision

Olivier GUELTON est Chef de la Cellule Agréation Pesticides au SPF Santé Publique, Sécurité de la chaîne alimentaire et Environnement.

Mai 2013

Jean-Paul DENUIT

Crises alimentaires ? Que fait l’AFSCA !

Mars 2013

Patrick DENIS

Démystifier les études de marché

Janvier 2013

Claude JOLY

Problématique de la fertilité des sols africains

Février 2013

Patrick DUJARDIN

Que penser des O.G.M.?

Novembre 2012

Bruno SCHIFFERS

Les pesticides : stop ou encore ?

Octobre 2012

Jean-Jacques SCHUL

L'Afrique : l'avenir de l'Europe ?

Jean-Jacques Schul est Directeur Général Honoraire de la Banque européenne d’Investissement (BEI)

Avril 2012

Jean-Pierre LACROIX

De l’irradiation des crevettes à la médecine nucléaire en passant par le contrôle d’activité dans le détroit de Gibraltar, toute une  activité peu connue en Wallonie… 

Octobre 2011

Patrick Fautré et Patrick Denis

Retour d’expérience de 2 chasseurs de tête

Janvier 2012

Frédéric CHOME

Economie et Environnement : Amis ou ennemis pour une sortie de crise ?

ADRESSE

Passage des Déportés, 2
B-5030 Gembloux (Belgique)

CONTACT

Par téléphone ou fax :
+32 (0)81 61 22 40
lundi, mardi et jeudi
De 08h30 à 15h30.
aigx@aigx.be

NEWSLETTER

Vous souhaitez recevoir notre newsletter ? Inscrivez-vous !

106